Groupement d'employeurs
Le commerce de détail doit faire face aujourd’hui à une véritable révolution. L’impact des nouvelles technologies du numérique, les nouvelles formes de consommation, la concurrence des grands centres commerciaux extra-urbains, les questions de mobilité et d’accessibilité, etc… constituent autant de défis auquel les commerçants de proximité, qu’ils soient implantés en zone urbaine ou pas, sont confrontés de manière exponentielle.

En outre, les acteurs du commerce de détail connaissent peu le marché de l’e-commerce et la plupart n'en maîtrisent pas les outils. Ils ne disposent pas de ressource ni d'assistance particulière pour s'y intéresser sérieusement et l'intégrer dans leur offre de services.

Les politiques publiques mises en place pour répondre à cette situation doivent permettre d’investiguer toutes les solutions permettant aux commerces d’embrasser cette mutation professionnelle et renforcer ainsi leur croissance, levier essentiel du redéploiement économique et donc de la prospérité d’un territoire, tout en veillant à la cohésion sociale et à la qualité de vie de nos concitoyens.

Les « nouveaux » modèles économiques, construits à partir de logiques associatives et, plus particulièrement le dispositif des groupements d’employeurs, doivent dès lors être étudiés afin de pouvoir examiner dans quelle mesure ils peuvent permettre aux commerces de proximité de développer des solutions innovantes en faveur de leur développement. En effet, le commerce de détail est considérablement pénalisé par des questions de taille. Il est souvent confronté à un déséquilibre entre les investissements nécessaires et le retour sur investissement.

Durant le 1er semestre de l’année 2017, une étude concernant les différents modèles structurés de mutualisation et, plus particulièrement le développement du dispositif des groupements d’employeurs dans le commerce de détail sera réalisée. Cette étude visera à couvrir de manière large la pertinence de ce levier pour aborder les thématiques e-commerce, e-marketing, design, etc. Il s'agira d'appréhender l'adéquation de modèles de mutualisation avec les besoins et attentes du secteur notamment dans les thématiques évoquées et d'identifier les premières conditions de succès de ces modèles travaillant à la fois sur les compétences et sur les services.
Une série d'interlocuteurs pertinents seront identifiés sur la base de leur représentativité et/ou expérience et seront rencontrés : principales fédérations, associations de commerçants et les intervenants experts dans ces matières.

Cette étude comportera également un volet important de benchmarking, essentiel à une mise en œuvre rapide de solutions à travers une validation des modèles. En effet, différents modèles de mutualisation existent, depuis une trentaine d'années, en France, par exemple et y sont développés dans tous les secteurs. Il s’agira d’examiner le cadre juridique spécifique qui les organise mais aussi les conditions fonctionnelles de succès et de déterminer les éléments transposables dans le contexte socio-économique de la Wallonie.

Basée sur les informations récoltées, une proposition d'action sera élaborée qui précisera les conditions et modalités de mise en œuvre de ces modèles de mutualisation au service des commerçants wallons, optimisant ses chances de succès et un plan d'action menant à la mise en place de modèles structurés.

À la suite directe de l’étude réalisée dans la phase I, et sur la base de ses conclusions et recommandations, une opération pilote sera lancée. Elle permettra de susciter un certain nombre de projets concrets de mutualisation à mise en œuvre rapide ; ceci concourra à valider des modèles, et offrira l’avantage d’une véritable dynamique d’exemplarité. C’est un atout qui s’avère particulièrement performant en faveur de la promotion et de la diffusion du dispositif par rapport à ce secteur du commerce indépendant.

Les objectifs de ces projets viseront à mutualiser des expertises, des services et compétences permettant de professionnaliser les commerces, de développer des stratégies d’e-commerce et d’e-marketing, de mettre en place des initiatives innovantes en matière de différenciation, d’attractivité, de design, de mobilité, de mutualisation de lieux d’animation (locaux vides, initiatives éphémères/saisonnières), etc…

Les projets pilotes déposés seront accompagnés par le comité de sélection, en étroite collaboration avec les Cellules de Gestion Centre-Ville, les ADL et l’AEI; l’AMCV sera associée à la démarche dans le cadre du comité de sélection,.

Cette phase visera un maximum de 10 projets dont le financement couvrira une période maximum de 24 mois.

Contact
En savoir plus
aei.be
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou d’autres traceurs afin de réaliser des statistiques de visites.    X